Japonais de la rue Sainte Anne

Japonais de la rue Sainte Anne

Japonnais rue Sainte Anne

Japonnais rue Sainte Anne

Je descends du métro bondé et me retrouve enfin à l’air libre. L’avenue de l’Opéra s’étend à perte de vue. Mon objectif : la rue Sainte Anne.

Un voyage au Japon par le métro, ça vous tente ?!

A priori rien ne différencie cette rue des autres : une caserne de pompiers, des immeubles d’habitations, bref : un décor traditionnel Parisien. J’atterris en douceur en territoire Japonais. La « vraie » rue Ste Anne se trouve plus haut… J’aperçois d’abord un premier restaurant, puis un deuxième, puis un troisième. Les enseignes en français disparaissent, ici c’est le japonais qui s’étale dans les vitrines et j’aime ça ! Les petits restaurants, comme j’imagine les échoppes à Tokyo, posent le décor. Je reste en admiration devant l’un d’eux : des plats figés s’affichent à la verticale en guise de menu ! Les entrées des restau sont parées de drapeaux rouges ou blancs ornés d’idéogrammes japonais et les odeurs de soupes et de nouilles se frayent un chemin jusqu’à mes narines. Impossible de résister ! Enfin, je m’arrête devant le célèbre Higuma : ça y est je suis au cœur du territoire japonais Parisien. Rien à voir avec les restaurants japonais ailleurs à Paris. La preuve ? Les clients sont japonais !

Autour de moi on ne parle plus que japonais. Je m’arrête dans l’épicerie Ace Mart où l’on peut se ravitailler en sauce sucrée ou nouilles lyophilisées, et découvre quelques habitants du quartier en pleine discussion je n’y comprends rien et j’adore ! Je suis au cœur d’un village où l’on se lance des « Konnichiwa » d’un trottoir à l’autre.

Les couleurs, les odeurs, les symboles, tout concorde à cette sensation d’ailleurs même si l’environnement est familier. Emprunter la rue Ste Anne c’est comme passer à travers un miroir : je ne suis ni tout à fait à Paris ni tout à fait au Japon !

Le quartier étend ses bras dans les rues attenantes : la rue des Petits Champs, le passage Choiseul ou la rue St Augustin. C’est d’ailleurs au 29 de cette dernière que je découvre la très grande librairie japonaise Book Off où tout est…. japonais ! Les vendeurs, les clients, les livres, les magazines, les indications sur les étagères jusqu’aux petites annonces, bien que le tableau s’intitule Annonces en français ! Je m’y ballade un long moment éblouie par la beauté de l’écriture sur les tranches des livres et par l’étrange sensation de ne rien comprendre, de ne rien pouvoir lire. D’être ailleurs. J’y déniche le Elle Japon… qui se lit par la fin. Je vous le disais : pareil… mais différent !

Amoureux du Japon et sushivores : arrêtez-vous. Vous êtes au Paradis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *